« Une prime aux petits partis »

Sylvain Parasie travaille sur les implications sociales et politiques des innovations dans la presse et les médias. Son regard sur le web.

Pauline Graulle  • 8 mars 2012 abonné·es

La présidentielle de 2012 marque-t-elle un tournant dans l’usage d’Internet par le champ politique ?

Sylvain Parasie : Le vrai tournant a eu lieu lors du Traité constitutionnel européen (TCE), en 2005. Les médias dominants étaient majoritairement pour le « oui », le monde militant a mené une contre-campagne passionnée sur le web pour le « non ». Lors de la présidentielle de 2007, Internet s’est imposé comme média de communication politique à part entière. Ségolène Royal s’est fait accompagner par la Netscouade pour sa campagne web collaborative qui collait bien avec son projet de démocratie participative. On a vu l’explosion des blogs politiques et des vidéos. À la fin de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
La campagne 2.0
Temps de lecture : 4 minutes