Parutions

Politis  • 12 avril 2012 abonné·es

La Tentation du bitume. Où s’arrêtera l’étalement urbain ?

« On pourrait presque dire que la chose se fait “naturellement”. Le processus requiert la participation de multiples acteurs. Le maire définit le plan local d’urbanisme, accorde les permis de construire et, le cas échéant, vend une parcelle au nom de la commune. Le propriétaire des terrains, souvent agriculteur, réclame un bon prix ; le promoteur achète et lotit. […] Les acheteurs se montrent persuadés qu’ils effectuent le meilleur choix […]. Dès lors, qui est responsable ? Tout le monde. » Cet « étalement urbain » serait-il inexorable, résultant de « tendances profondes à l’œuvre dans la société française » ? C’est la question que se sont posée Éric Hamelin, sociologue urbaniste, acteur en tant que responsable d’un bureau d’études et enseignant à l’Institut d’urbanisme de Paris, et le journaliste Olivier Razemon.
Leur remarquable petit ouvrage analyse les mécanismes de ce développement ininterrompu de la plupart des agglomérations de l’Hexagone, dévorant sans cesse un peu plus l’environnement qui les entoure. Nous mettant également en garde contre la « nostalgie insondable » pour les villes denses d’antan, les auteurs se refusent néanmoins au pessimisme, convaincus que cette « tentation du bitume », comme le souligne dans une belle préface l’architecte Roland Castro, « est à surmonter et surmontable ». Et nous invitent à agir, en proposant des pistes concrètes pour « améliorer la ville soi-même ».
À lire d’urgence sur sa terrasse au soleil
ou allongé dans l’herbe !

Éric Hamelin et Olivier Razemon, préface de Roland Castro, éd. Rue de l’échiquier, 224 p., 14,20 euros.

L’État social

pour sortir du chaos néolibéral

Le modèle néolibéral ne pourra perdurer qu’au prix d’un enlisement toujours plus profond dans la crise et d’une violence sociale décuplée.
Mais par quoi le remplacer ? Le livre répond à cette question et soutient qu’une alternative est à portée de main, qui se nomme « l’État social ». Christophe Ramaux en donne une définition large, autour de quatre piliers : la protection sociale, la réglementation des rapports du travail, les services publics et les politiques économiques de soutien à l’activité et à l’emploi. Mais alors que le marché dispose, avec les théories économiques libérales, « de puissantes justifications à son service », l’État social « n’a pas ce support ». Ce livre s’attache à démontrer avec brio que cette révolution, qui a une dimension anticapitaliste, peut être pensée et mise en œuvre.

Christophe Ramaux, Mille et Une Nuits, 472 p., 20 euros

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 abonné·es

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant
VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences
Justice 15 mai 2024 abonné·es

VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences

En France, seules 6 % des victimes de viol ont porté plainte en 2023, et la procédure ne débouche sur une condamnation que dans 1 % des cas. Si les femmes hésitent à franchir le pas, c’est aussi parce qu’elles se méfient des institutions judiciaires. 
Par Salomé Dionisi
Ne sommes-nous pas des femmes ?
Intersections 15 mai 2024

Ne sommes-nous pas des femmes ?

L’actrice Nadège Beausson-Diagne, qui a lancé le #Memepaspeur dans le cinéma africain, raconte les violences sexuelles subies en tant que femme noire dans un État raciste et patriarcal et interpelle les féministes blanches sur l’invisibilisation de ces vécus.
Cette école qui classe, trie, sépare
Éducation 1 mai 2024 abonné·es

Cette école qui classe, trie, sépare

Deux essais pointent la ségrégation à l’œuvre dans l’éducation en France. Les pistes pour y remédier existent, à condition que s’exprime un volontarisme politique à la hauteur des enjeux de mixité sociale. 
Par Laurence De Cock