Une bonne petite euthanasie nucléaire

Effroyable ennui des choses normales. Qu’un président soit normal, pourquoi pas, dernière trouvaille du pouvoir pour nous faire avaler la pilule de son arbitraire, sans vous arracher autant la gorge – pour l’instant – qu’à l’époque du gros comprimé bling-bling. Mais qu’une époque soit à ce point normale, normée, quelle tristesse : non pas normale au sens de ce qui s’y déroule, bien sûr, mais au sens d’un désir de norme, d’une envie de normalité, d’un réflexe permanent de normativité. On pourrait même…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents