La cage aux quatre folles

Jean-Michel Rabeux met en scène les Quatre Jumelles de Copi. Théâtre de l’absurde qui n’a rien perdu de son grinçant.

Un air de fête plane sur le petit plateau circulaire, sur la salle en forme d’amphithéâtre qui abrite la dernière création de Jean-Michel Rabeux. Impossible de dire si les réjouissances sont terminées ou si elles vont bientôt commencer. Que pourraient d’ailleurs célébrer les deux créatures qui, telles des pantins détraqués, sortent d’un trou situé en plein milieu de la scène ? Attifées comme des travestis avec perruque, sous-vêtements apparents et maquillage outrancier autant que spectral, elles auraient…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents