Shamir ou l’histoire réécrite

Politis  • 5 juillet 2012
Partager :

L’ancien Premier ministre israélien, Yitzhak Shamir, qui vient de mourir à l’âge de 96 ans, reçoit les éloges policés de la communauté internationale. « Une forte personnalité » , a sobrement commenté François Hollande, qui a cependant loué sa « retenue » lors de la première guerre du Golfe, en 1991, dans laquelle Israël s’était gardé de s’engager directement. La « retenue » n’a pourtant jamais été la vertu première de ce pionnier du groupe Stern, que les Britanniques qualifiaient de « gang terroriste » . Homme de main du courant le plus extrémiste du sionisme, il fut ensuite un agent du Mossad, le service de renseignement israélien, et à ce titre, spécialiste des coups tordus. Ce n’est qu’en 1970 qu’il est vraiment entré en politique dans le sillage de Menahem Begin. Même Premier ministre, de 1983 à 1984, puis de 1986 à 1992, Shamir n’a jamais cessé d’être un « ultra » de la colonisation des terres palestiniennes.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don