Le traité de la discorde

La décision de François Hollande de ratifier le traité budgétaire européen signé par Nicolas
Sarkozy divise la gauche et les écologistes. Obligeant Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault à menacer les
récalcitrants, tandis que le Front de gauche organise une « mobilisation générale ».

À Poitiers, à La Rochelle, à Grenoble e t à Toulouse, il a beaucoup été question de lui. Le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire (TSCG), dont le Conseil constitutionnel a autorisé, le 9 août, la ratification sans révision de la Constitution, trouble les socialistes et divise les Verts. Ce « traité budgétaire », que François Hollande n’est pas parvenu à renégocier contrairement à l’un de ses engagements de campagne, impose aux États membres de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents