Faux pigeons

Baptisé les « pigeons » , le mouvement de défense des entrepreneurs a obtenu la capitulation de l’Élysée en un temps record et n’a pas à se plaindre. Ces contribuables ne paieront pas d’impôt sur les plus-values de cession de valeurs mobilières dans le cadre du budget pour 2013, et bénéficieront de nombreux avantages fiscaux, au coût rarement évalué… En fait, les plus riches pigeons sont loin de se faire plumer par l’État. Le syndicat Solidaires Finances publiques a recensé pas moins d’une vingtaine…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.