Une enfumerie de Françoizollande

Adoncques, Françoizollande, chef de l’État « socialiste », a déclaré pas plus tard que samedi (20 octobre 2012) qu’il souhaitait – sors ton mouchoir – « porter un coup d’arrêt » à la « dérive » du « marché libre » de la santé, et qu’il voulait pour cela « faciliter l’accès à une couverture complémentaire de qualité » pour les quatre millions de Françai(se)s qui n’ont, faute d’argent, ni assurance ni mutuelle. Et bien sûr ça peut donner l’impression, vu d’un peu loin, que Françoizollande est d’une presque…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents