Brésil : Lula n’a pas perdu la main

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est à l’ancien président du Brésil que le Parti des travailleurs (PT) doit le plus beau trophée du scrutin municipal de dimanche dernier : son jeune poulain Fernando Haddad, quasiment inconnu, a facilement enlevé (avec près de 56 % des voix) la mairie de São Paulo, principale métropole du pays, siège de l’élite économique et fief traditionnel de l’opposition social-démocrate (PSDB). Lula, déjà responsable de l’accession à la présidence de Dilma Rousseff, confirme son influence sur la politique brésilienne. Il y a peu, il s’est déclaré « disponible » pour 2014, au cas où Rousseff ne serait pas en mesure de postuler à un deuxième mandat…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents