La stratégie du grand écart

Par une intervention illégale très médiatisée à Notre-Dame-des-Landes, EELV a voulu manifester sa liberté de critiquer le gouvernement, sans remettre en cause la participation de ses ministres.

Patrick Piro  • 22 novembre 2012 abonné·es

« Nous avions initialement prévu une motion “énervée” : nos électeurs s’interrogent sur la lisibilité de la stratégie du parti, expliquait le 17 novembre Éric Loiselet, lors du conseil fédéral d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), qui s’est tenu à Bobigny (93). Depuis deux mois, notre crédibilité n’est-elle pas érodée ? Nous avons été aux abonnés absents… » La base douterait-elle de l’intérêt de rester au gouvernement ? Au contraire : pour le délégué de Champagne-Ardennes, c’est « l’avalanche de positions systématiquement critiques » dont ce dernier est l’objet de la part des cadres écologistes qui alimente la perplexité des militants. « Mais l’interrogation est tombée : tout le monde ici soutient très largement nos ministres… »

Pierre Lucot, de l’aile gauche du parti, tente une ultime interpellation : « Nous sommes totalement discrédités auprès des opposants à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes en raison de notre participation au gouvernement : décidons qu’elle soit débattue au cas où seraient engagés des travaux irréversibles ! » Rejeté. Résumant le débat de politique générale tenu lors du conseil, la motion, votée à la quasi-unanimité des délégués, appelle le parti à assumer pleinement une stratégie « des deux jambes »  : à la fois l’engagement au sein du gouvernement « pour peser de l’intérieur », et une mobilisation dans la société pour faire avancer les idées écologistes, notamment sur le terrain. Justification sur scène : les deux ministres EELV, Cécile Duflot (Égalité des territoires et Logement) et Pascal Canfin (Développement), sont applaudis à l’exposé du premier bilan de leur action, tout comme les cadres écologistes de retour de la manifestation de Notre-Dame-des-Landes (voir ci-contre).

En dehors de quelques slogans rageurs affichés par les militants anticapitalistes occupant la zone, la majorité des mouvements anti-aéroport sait gré à EELV d’un soutien de longue date. Vendredi 16 novembre, veille de la manifestation, ils avaient coorganisé l’action très médiatisée d’une délégation de personnalités écologistes – députés, sénateurs, parlementaires européens, membres du bureau exécutif : la réouverture, à l’aide de pieds-de-biche et de tournevis, d’une maison condamnée à la destruction par le concessionnaire du projet d’aéroport [^2]. Objectif atteint, avec un nouveau coup de projecteur sur l’agitation du bocage nantais. Les socialistes déclenchent un tir de barrage. Pour David Assouline, leur porte-parole, il n’est « ni acceptable ni cohérent » que des élus EELV participent à des manifestations « qui ciblent » le Premier ministre. Même François Hollande se sent obligé de réaffirmer, de Varsovie, « la force du droit ». « C’est ce qu’on demande depuis le début », réplique Jean-Philippe Magnen, l’un des porte-parole d’EELV, évoquant les manquements du dossier – impact sur l’environnement, évaluation des coûts, justification économique, etc. Le parti a voulu démontrer qu’il n’était pas « godillot », mais pas non plus « irresponsable ». Cadres nationaux, locaux ou simples militants : si tous conviennent que le malaise monte devant la rapide accumulation des déconvenues, ils répètent à l’envi que six mois, c’est trop court pour faire la balance de l’accord avec le PS. « C’est le geste de claquer la porte du gouvernement qui nous vaudrait aujourd’hui le discrédit, estime François de Rugy, coprésident du groupe des députés EELV. Nos électeurs ne sont pas des isolationnistes protestataires. » La députée européenne Karima Delli aurait souhaité que le conseil fédéral pose des limites claires au PS. À part la suggestion de Pierre Lucot, rien de tel.

Bien que frustrés d’être si peu entendus, et surpris d’avoir été si vite déçus, les écologistes entendent donc éviter en priorité le piège d’avoir à instruire trop hâtivement le bilan de leur pari gouvernemental. Même s’ils doivent pour cela supporter d’accentuer le grand écart de posture entre des ministres dociles et un parti frondeur. Pour combien de temps ? Position officielle : rendez-vous à l’automne prochain pour une conférence d’évaluation. Elle aurait, pour le parti, le mérite d’intervenir après le débat majeur sur la transition énergétique (dont la conclusion est prévue au printemps), avant le vote de la loi de finances 2014, qui marquera l’essor de la fiscalité verte, a promis la ministre de l’Écologie, et à la période prévue du prochain congrès d’EELV. À moins qu’une prochaine « provocation » du gouvernement ne vienne bousculer auparavant ce calendrier faussement serein.

[^2]: Aéroport du Grand Ouest (AGO), dont Vinci est le principal actionnaire.

Politique
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »
Entretien 28 mai 2024 abonné·es

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »

La tête de liste de La France insoumise tente de marquer sa différence avec les autres forces de gauche. Tout en défendant la pertinence de ses propositions économiques et sociales en « rupture » avec les socialistes européens, les libéraux et la droite.
Par Lucas Sarafian
Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro