Camping de Bénodet, 14 juillet 1976

Une digression en appelle une autre. Après tout, c’est bien le moins, non ? C’est que celle de Thierry Illouz sur le pouvoir magique des chansons m’a touchée (voir Politis n° 1225). À l’égal des pavés de Venise pour Proust, écrit-il, celles-ci « contractent le temps et l’espace, enferment un instant de nos vies qu’elles embaument, qu’elles conditionnent et qui, comme un parfum, une saveur, une sensation, peut à tout instant revenir nous frapper et nous submerger ». Et le fait que celles-ci soient du genre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents