TGV Lyon-Turin : un engagement trop rapide

Alors qu’une déclaration commune franco-italienne était signée le 3 décembre, les opposants restent mobilisés.

Il n’était question que du projet de TGV Lyon-Turin lors du sommet franco-italien qui s’est tenu le 3 décembre à Lyon, en présence de François Hollande et de Mario Monti, chef du gouvernement italien. En marge, un petit millier d’opposants ont protesté contre ce projet devant la gare des Brotteaux, encadrés par un nombre impressionnant de policiers et de gendarmes qui avaient bouclé le quartier, survolé en permanence par un hélicoptère. Une douzaine de bus transportant quelque 600 opposants italiens…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents