TGV Lyon-Turin : un engagement trop rapide

Alors qu’une déclaration commune franco-italienne était signée le 3 décembre, les opposants restent mobilisés.

Thierry Brun  • 6 décembre 2012 abonné·es

Il n’était question que du projet de TGV Lyon-Turin lors du sommet franco-italien qui s’est tenu le 3 décembre à Lyon, en présence de François Hollande et de Mario Monti, chef du gouvernement italien. En marge, un petit millier d’opposants ont

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 2 minutes