Presse : fallait-il aller sur Internet ?

Fort de son succès en librairie, le trimestriel XXI publie un manifeste pour « un autre journalisme ». Laurent Beccaria dénonce notamment la conversion irraisonnée au numérique et la course à la publicité. Tandis que Patrick Apel-Muller défend le plurimédia pour une presse pluraliste.

La question de savoir si la presse écrite devait aller sur Internet ne saurait entraîner une réponse catégorique. C’est d’ailleurs ce type de réponse univoque qui a produit les dégâts que l’on sait. Dans la presse écrite, Internet s’est développé à partir de 1995, date à laquelle le New York Times a ouvert son site web. Or, la désaffection de la presse quotidienne était perceptible dès les années 1970, et la crise de confiance, due aussi à une certaine critique radicale, remonte au début des années 1990, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.