Le vote blanc bientôt comptabilisé

Le Sénat a voté jeudi 28 février la reconnaissance du vote blanc. Le texte doit être examiné par l’Assemblée nationale.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est la seconde étape des discussions sur la reconnaissance du vote blanc aux élections : le Sénat a adopté jeudi 28 février en première lecture une proposition de loi émanant de trois députés UDI Jean-Louis Borloo, François Sauvadet et Charles de Courson.

Ce texte, déjà voté le 22 novembre 2012 par l’Assemblée, prévoit que les bulletins blancs (enveloppe comprenant un bulletin vierge) soient désormais décomptés séparément des votes nuls et apparaissent en tant que tels au procès-verbal.

Les initiateurs du texte souhaitaient également que le vote soit compté parmi les « suffrages exprimés », mais un amendement déposé à l’Assemblée nationale a levé cette disposition. Selon les socialistes, cela pourrait poser un problème constitutionnel si aucun des candidats n'obtenait 50 % des voix. Avec plus de 2 millions de votes blancs et nuls lors du second tour de la présidentielle 2012, soit environ 6 % des votants, François Hollande aurait ainsi été élu sans la majorité absolue si les bulletins blancs et nuls avaient compté.

Disparue également, la mention intégrant les enveloppes vides parmi les votes blancs, au grand dam du Parti du vote blanc, qui dénonce vendredi une «supercherie».

Lire > Faut-il reconnaître le vote blanc ?

En cas d'adoption en seconde lecture à l'Assemblée, le texte prévoit que cette disposition entre en œuvre pour les élections municipales du printemps 2014.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents