Débordements verbaux

Plusieurs élus de l’UMP ont largement franchi la ligne brune sur Twitter.
Politis  • 30 mai 2013
Partager :

La manifestation contre le mariage pour tous n’a pas uniquement donné lieu à des débordements de casseurs. Plusieurs élus de l’UMP ont largement franchi la ligne brune sur Twitter. En début de soirée, Franck Guiot, adjoint au maire d’Ormoy-la-Rivière (Essonne), s’indignait ainsi de l’interpellation de « 96 personnes pacifiques » : « Combien de racailles interpellées au Trocadéro ? » Bernard Carayon, ex-député du Tarn et enseignant à Sciences-Po, a choqué jusque dans son camp avec ce tweet, effacé lundi, appelant à « boycotter les médias complices » : « Gonflés, les socialos, pour affirmer qu’on était 150 000 ! À la Libération, il y aura beaucoup de tondu(e)s ! » La veille, il remerciait ironiquement François Hollande pour avoir « transformé une droite pacifique en un peuple d’enragés qui ne pliera plus ni devant la gauche ni devant la fausse droite ». Ancien du GUD, Carayon n’a rien renié de son passé.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don