La mauvaise foi du Crif

L’audience du procès en diffamation contre l’Association France Palestine Solidarité a rapidement viré à l’affrontement politique.

Lena Bjurström  • 2 mai 2013 abonné·es

Affaire de virgule et de sémantique. L’audience du procès en diffamation intenté par Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à Jean-Claude Lefort, président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), a eu lieu vendredi 26 avril à Paris. En cause, une phrase d’un article paru sur le site de l’AFPS le 5 janvier 2012. Mais, comme chaque orateur s’est empressé de le rappeler durant les deux heures d’audience, l’affaire n’est pas qu’histoire de vocabulaire. Celle-ci remonte à la libération de Salah Hamouri, jeune Franco-Palestinien emprisonné en Israël. Accusé d’intention terroriste à l’encontre du rabbin Ovadia Youssef, connu pour ses prises de position intégristes, il passe plus de six ans dans les prisons israéliennes avant d’être libéré le 18 décembre 2011. Mais, le lendemain, une dépêche de l’agence Reuters lui prête ces mots : « Le rabbin Youssef mérite de mourir », déclenchant un tollé sur Internet. Richard Prasquier s’en indigne sur le site du Crif. Salah Hamouri contredit Reuters, et l’agence publie un démenti. Sur Internet, l’indignation de Richard Prasquier demeure et, au détour de la toile, phrases haineuses et appels à la violence contre le Franco-Palestinien se multiplient.

Le 5 janvier 2012, François Leroux, dénonçant sur le site de l’AFPS l’attitude du Crif, écrit : « Depuis sa libération le 18   décembre, Salah Hamouri  […] subit des accusations très graves du Crif et d’organisations juives d’extrême droite, suivies d’appels contre son intégrité physique, voire au meurtre. » Une formule qui accuserait le Crif d’appel au crime, selon Richard Prasquier, qui s’indigne de la « diffamation ». Pour Jean-Claude Lefort, si « l’absence de réaction du Crif  [au démenti de M. Hamouri] a contribué à faire prospérer   » ces appels à la violence, il n’a jamais été question d’accuser Richard Prasquier de les propager. Affaire « d’honneur » pour l’avocat de ce dernier, le procès semble davantage celui des désaccords entre les deux associations sur la politique israélienne. Devant la 17e chambre du tribunal de Paris, Richard Prasquier s’enflamme, Jean-Claude Lefort lui répond, Salah Hamouri, présent à l’audience, rappelle son innocence. D’un procès en sémantique, l’audience glisse rapidement vers la plaidoirie politique. Le « débat de fond  […] attire comme un aimant », souligne la procureur, qui refuse d’y entrer. Pour elle, les propos ne sont pas diffamatoires. Verdict le 14 juin.

Société Police / Justice
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques »
Sociologie 19 avril 2024 abonné·es

« Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques »

Ulysse Rabaté, chercheur en science politique de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, retrace dans son ouvrage Streetologie la culture de vie des quartiers populaires comme moteur à pratiques politiques.
Par Léa Lebastard
­À la Maison des métallos, des mineurs isolés se mobilisent pour leurs droits
Luttes 18 avril 2024 abonné·es

­À la Maison des métallos, des mineurs isolés se mobilisent pour leurs droits

Depuis le 6 avril, des mineurs isolés du collectif des jeunes du parc de Belleville ont décidé d’occuper ce lieu parisien symbolique des luttes sociales, pour dénoncer leur situation, davantage fragilisée par l’arrivée des Jeux olympiques.
Par Léa Lebastard
Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus
Justice 18 avril 2024 abonné·es

Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus

Les 2 et 3 avril derniers, à Paris, Jean-Noël « Txetx » Etcheverry et Béatrice Molle-Haran répondaient de leur participation à l’opération de désarmement de l’organisation de lutte armée ETA en 2016, à Louhossoa, au Pays basque. Avec cette question : un acte illégal, mais qui s’est avéré légitime, mérite-t-il d’être puni ?
Par Patrick Piro
S’adapter à la répression pour ne pas relâcher la pression
Analyse 17 avril 2024 abonné·es

S’adapter à la répression pour ne pas relâcher la pression

Ces dernières années, les luttes écologistes subissent une brutalité croissante des forces de l’ordre. Face à la disproportion des moyens employés par l’État, les militants cherchent à adapter leurs modes d’action.
Par Maxime Sirvins