Le marché de CO2 frappé d’essoufflement

En refusant la hausse du prix des quotas d’émission de carbone, le Parlement européen a déstabilisé la politique climatique de l’Union.

C’est un coup dur pour la stratégie européenne de lutte contre le dérèglement climatique : le 16 avril, le Parlement de Strasbourg a rejeté une proposition portée par la Commission européenne, destinée à faire remonter le prix de la tonne de carbone (ou CO2) au sein du système communautaire d’échange de quotas d’émission (Sceqe). En juillet 2008, le quota, équivalent à un « droit d’émission » d’une tonne de CO2, se négociait 35 euros. Au cours du premier trimestre 2013, il a parfois frôlé les 3 euros. Une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.