Scripted reality : l’affliction télévisée

Après les chaînes privées, le « réel scénarisé » s’est invité sur le service public. À moindre coût, dans un mélange des genres honteux, justifié par de bonnes audiences et les restrictions budgétaires.

Choix de programmation ou conséquence de budgets limités ? En tout cas, le produit est stupéfiant de pauvreté. En témoigne cette querelle de voisinage qui tourne mal dans un village paisible des Pyrénées-Orientales. Jean-Baptiste reçoit une balle et tombe à terre, mortellement touché. « C’est par un matin d’hiver que tout commence, trois mois plus tôt », dit une voix off. Retour sur un couple qui attend son premier enfant. Un couple heureux. Face caméra, sur fond bleu, Adeline exprime son bonheur. À…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents