Incarcération d’un anti-mariage gay: l’hypocrite indignation de la droite

Avec la condamnation d’un anti-mariage gay de 23 ans à deux mois de prison ferme, la droite découvre la sévérité des lois qu’elle a votées. Le retour de bâton est violent.

Nina Bontemps-Terry  • 21 juin 2013
Partager :
Incarcération d’un anti-mariage gay: l’hypocrite indignation de la droite
© Crédit photo: François Guillot/AFP

La droite est en ébullition. Un opposant au mariage gay a été condamné mercredi en comparution immédiate à deux mois de prison ferme et à mille euros d’amende pour « rébellion » , «fourniture d’identité imaginaire» et «refus de se soumettre à un relevé d’empreinte» digitales et ADN. Ce jeune mutin, pour lequel la Manif pour tous appelle à un rassemblement ce vendredi à 18h devant Sciences-po, a manifesté sans autorisation le 16 juin sur les Champs-Elysées de Paris, après avoir participé à un rassemblement à Neuilly-sur-Seine devant les locaux de M6, où François Hollande participait à l’émission « Capital ».

Selon Le Monde , qui cite une source judiciaire, cet étudiant de 23 ans, « était déjà passé en comparution immédiate, le 28 mai, à la suite d’une manifestation non autorisée sur les Champs-Elysées, la veille du dernier grand rassemblement de la Manif pour tous. Il avait alors été condamné à 200 euros d’amende avec sursis pour non-dispersion d’un rassemblement non autorisé, entrave à la circulation et, déjà, fourniture d’identité imaginaire » .

Lire > «Manif pour tous» : la justice se montre clémente envers les émeutiers des Invalides

Sitôt l’annonce de l’incarcération de « Nicolas » , la droite s’est enflammée sur les réseaux sociaux. D’une même voix elle crie au « prisonnier politique » , et compare l’incarcération au sursis accordé aux jeunes qui ont attaqué le RER D à Grigny. Christian Estrosi s’offusque ainsi sur Twitter : « Comment peut on prendre 2 mois de prison ferme pour avoir manifesté sans autorisation mais prendre du sursis quand on attaque un RER ? » Un secrétaire National de l’UMP, David-Xavier Weiss, chroniqueur à Sud-Radio, y ajoute le sous-entendu xénophobe :

Le gouvernement est bien évidemment pour eux le seul coupable de cette « répression »  : « Aujourd’hui si on n’est plus d’accord avec le gouvernement et qu’on se rebelle, on va en prison » , résume Béatrice Bourges, cheftaine du réac Printemps français.

Mémoire courte

La droite a beau dire, ce sont les lois qu’elle a adoptées ces dix dernières années qui se retournent aujourd’hui contre elle. Les peines plancher en cas de récidive et le prélèvement quasi-systématique des empreintes génétiques n’ont pas été instaurés par le gouvernement Hollande… mais bien lorsque l’UMP était au pouvoir. En 2003, Nicolas Sarkozy étend le champ de prélèvement des empreintes génétiques à tous les crimes, délits et à certaines contraventions. Et quiconque tente d’y déroger est passible d’une peine allant jusqu’à six mois de prison ferme et 7 500  euros d’amendes.

Il y a quelques semaines encore, le 24 avril, en commission des lois à l’Assemblée nationale, Patrick Devedjian raillait ceux qui voulaient dispenser de prélèvement d’empreintes génétiques les syndicalistes condamnés : « Il n’y a pas d’inconvénient à ce que mes empreintes soient dans un fichier de police, je ne me sens pas humilié par ça. » Mais il s’agissait alors pour l’ancien activiste du groupe ultraviolent Occident, comme pour tous ses collègues de l’UMP, de s’opposer à la proposition de loi d’amnistie sociale.

Les temps ont changé. Xavier Bertrand se disait « choqué » par l[_GoBack<-]
e *« droit de casser dans les entreprises ». « La violence devient excusable ? »* interrogeait Valérie Pécresse sur Twitter… Tous deux crient désormais au scandale depuis l’annonce de l’incarcération de Nicolas Bernard-Buss (l’identification est du Figaro qui précise qu’il se fait appeler également Nicolas Berns). Certains manifestants auraient donc le droit de braver la loi, quand ce serait interdit pour d’autres ?

Retenons que l’adoption du mariage gay a fait découvrir à la droite les manifestations, les gaz lacrymogènes… et ses lois liberticides. Il était grand temps.

Politique
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian
Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage
Analyse 29 mai 2024 abonné·es

Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage

En un septennat, le chef de l’État et ses soutiens n’ont cessé de trahir le pacte républicain sur lequel Emmanuel Macron s’était engagé en 2017. Tout en installant un face-à-face permanent et dangereux avec Marine Le Pen et le Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian