Mort de Clément Méric : le collectif antifasciste dément «formellement» les informations de RTL

Le groupe auquel appartenait le militant antiraciste tenait ce mardi soir une conférence de presse à Paris.

Erwan Manac'h  et  Nina Bontemps-Terry  et  Florent Sourisseau  • 25 juin 2013
Partager :
Mort de Clément Méric : le collectif antifasciste dément «formellement» les informations de RTL

Le collectif Action antifasciste Paris banlieue «rejette formellement» l’hypothèse selon laquelle Clément Méric aurait agressé en premier Esteban Morillo, l’auteur des coups de poing mortels sur le militant le 5 juin à Paris.

La scène a été filmée par la vidéosurveillance de la RATP, révèle ce matin RTL qui décrit l’agression sans préciser formellement si il a pu visionner la bande. Selon l’interprétation de ces images, le jeune militant antifasciste aurait asséné un premier coup de poing dans le dos au skinhead Esteban, avant que celui-ci ne lui adresse à son tour le ou les coups mortels.

Une interprétation contestée par la police judiciaire de Paris, chargée de l’enquête, et citée par Libération. Détail important omis par RTL : la caméra filmait au ras du trottoir et ne montre, selon cette source policière, que 20 cm au-dessus du sol.

«Mensonges»

Le collectif Action antifasciste Paris-banlieue dénonce ce mardi dans un communiqué des «mensonges [qui] ne font qu’ajouter à la douleur des proches» de Clément Méric.

«L’agression physique survenue à l’extérieur du magasin est le fait des
skinheads»
, ajoute le groupe auquel appartenait Clément Méric. Ils « se sont approchés, ont encerclé nos camarades puis les ont agressés (…) Il est donc impossible que des images montrent Clément se précipiter vers son agresseur ».

Puis de rappeler que « les militants d’extrême droite eux-mêmes n’ont jamais prétendu que Clément se soit précipité vers eux ».

Conférence de presse d’«Action antifasciste Paris-banlieue»

À Paris, mardi 25 juin. - Photo : F. Sourisseau

Au cours d’une brève conférence de presse, les militants du collectif « Action antifasciste Paris-banlieue » ont vivement critiqué les médias : « Clément a été assassiné une seconde fois » , dénonce Hervé, un militant du groupe devant une poignée de journalistes, ce mardi à 18 h dans une rue du XXe arrondissement de Paris.

« Aujourd’hui, être un militant néonazi [devient] une opinion comme une autre (…) et les médias font passer la victime pour un agresseur à l’aide d’une vidéo qu’ils n’ont peut-être pas vue » .

« Ce n’est pas un hasard si certains médias essaient de réécrire l’histoire »

Le collectif antiraciste assume les invectives envoyées, ce 5 juin, contre la bande de militants de « Troisième Voie », qui portaient selon eux des tee-shirts avec des inscriptions «100 % pure race » ou « défense de la race blanche » :

« L’extrême droite provoque de façon ostentatoire »

« Nous réagissons face à l’intolérable, mais notre réaction reste verbale » , se sont-ils défendus, jugeant qu’il fallait désormais « laisser l’instruction suivre son cours » .

Dimanche 23 juin à Paris. - Photo : M. Soudais

Société Politique
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian