L’avenir radieux des coco-locataires

Le communisme n’est pas derrière nous, il est plutôt devant nous, façon jardin communautaire, partouze en ligne ou joyeuse maisonnée d’octogénaires.

Communisme est un mot qui ne fait plus peur, ou presque. En tout cas, il suffit de le prononcer pour se retrouver pris, non pas entre le marteau et l’enclume (ou la faucille), mais entre les bien-pensants et les bons vieux réacs, des fâcheux différents mais qui conspirent à vous en dégoûter : ceux-là vous le réduisent à un cocktail nauséeux de lieux communs et de gentillesses sirupeuses (moi qui croyais que le marxisme humaniste avait été occis à l’aube des années 1960 par Althusser et ses jeunes loups…),…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.