Le punk, genre politique

La Cité de la musique, à Paris, revient sur les quatre années marquantes (1976-1980) du mouvement punk.

Des pages de fanzines ronéotypés sur les murs, des affiches aux couleurs fluo pétantes ou, à l’opposé, noir et gris, bricolées à la photocopieuse, des pochettes de disques 45T sans grand lien entre elles, une salle consacrée au collectif graphique français Bazooka, un petit film fauché ( Death is Their Destiny, réalisé en 1978 par un inconnu, Captain Zip) montrant des gamins bardés d’épingles à nourrice déambulant sur Kings Road, la rue de Londres où tout a démarré… La visite de l’exposition Europunk, à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents