Marc Le Fur, bonnet rouge de la mauvaise foi

À Quimper, parmi les manifestants, le député UMP des Côtes-d'Armor cherche à faire oublier qu'il a voté l’écotaxe en 2008 et en 2009.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Impossible d'allumer la télé sans le voir. Marc Le Fur, un des derniers députés UMP de Bretagne, était ce samedi sur toutes les antennes, un bonnet rouge sur la tête. À Quimper avec les manifestants, « le député du cochon » , soutien inconditionnel du lobby agroalimentaire anti-écolo (voir ici ou là encore), avait appelé à la manifestation. Lors de ces directs, l'élu des Côtes-d'Armor, se posant parfois en porte-parole de « la Bretagne qui a fait confiance à Hollande il y a dix-huit mois » 1, a demandé à plusieurs reprises la fin de l'écotaxe, dont il remet en cause le principe même. Joli retournement de veste d'un champion du double discours.

Car Marc Le Fur a bien voté l'écotaxe , contrairement à ce qu'il prétend sur Twitter, sur son blog, et déjà mardi dernier dans un entretien au Monde . Explications.

L'écotaxe , telle que le gouvernement s'apprêtait à la mettre en œuvre avant que Jean-Marc Ayrault n'annonce sa « suspension » , a été créée par la loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement, notamment ses articles 10 et 11. Dans le projet de loi initial, ces deux articles portaient les numéros 9 et 10. L'article 9 a été examiné en première lecture à l'Assemblée nationale le mardi 14 octobre 2008. Lors de cette séance, Marc Le Fur n'a pas pris la parole.

La séance suivante (1ère séance du mercredi 15 octobre 2008) a poursuivi l'examen de l'article 9 et commencé celui de l'article 10. Le président de séance était alors Marc Le Fur, qui n'a donc pas pris part aux débats, comme c'est la règle. Ses réserves ont néanmoins été évoquées par Pierre Méhaignerie, qui les partageait. Sans plus.

Lors de la séance suivante, Marc Le Fur a trouvé à son goût un amendement du gouvernement à l'article 10 et abandonné les siens.

Il a ensuite voté l'ensemble du projet de loi, comme tous les députés UMP, le 21 octobre 2008. Vote renouvelé à l'issue de la deuxième lecture du projet de loi, le 17 juin 20092.

La loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement, promulguée le 3 août 2009 sous le n° 2009-967, comprend bien la création de l'écotaxe dans son principe. Principe que Marc Le Fur conteste maintenant, après l'avoir voté.

Illustration - Marc Le Fur, bonnet rouge de la mauvaise foi

Marc Le Fur, après avoir été épinglé mardi 29 octobre par Jean-marc Ayrault sur ce comportement étrange pour un élu qui consiste à s'opposer à une loi qu'il a votée, a réaffirmé sur son blog avoir voté contre l'écotaxe en 2008. Pour preuve, il fait état d'un amendement qu'il avait défendu le 6 novembre 2008, lors de l'examen du projet de loi de finances de 2009 pour contrer la mise en œuvre concrète de l’écotaxe.

Ainsi donc, seize jours après avoir voté en première lecture le projet de loi qui créait l'écotaxe dans son principe, Marc Le Fur votait contre l'application de ce principe, qu'il allait approuver de nouveau le 17 juin 2009 en seconde lecture. Sa cohérence : la godille.


  1. Lui avait appelé à voter pour Nicolas Sarkozy. 

  2. L'ensemble du dossier législatif relatif à la mise en œuvre du Grenelle est consultable sur le site de l'Assemblée


Haut de page

Voir aussi

Articles récents