Patrick Eveno : « Un public laissé en déshérence »

Historien des médias, Patrick Eveno analyse la fonction de la presse gratuite, tournée vers la consommation.

Jean-Claude Renard  • 12 décembre 2013 abonné·es

La presse gratuite n’occuperait pas un tel espace si la presse populaire n’avait pas disparu du paysage, estime Patrick Eveno. En ce sens, c’est toute une pédagogie de l’information qui ne s’exerce plus, au profit de médias au contenu tiède, gouverné par la publicité.

À qui s’adresse la presse gratuite ?

Patrick Eveno : Longtemps, il y a eu la presse d’annonces, l’ancêtre de nos gratuits, une presse très populaire, rurale aussi. Aujourd’hui, entre Metro et 20 minutes, apparus en 2002,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes