Le cirque jongle avec la poésie

Matamore est un poème visuel porté par des clowns rêveurs sur un art faussement frivole.

Dans tout spectacle de cirque, il y a quelque chose de baroque. À grand renfort d’acrobaties, on y exagère le danger de vivre, et, avec une artillerie de grimaces et de facéties, on y dit l’absurde logé en tout être. Autrement dit, le cirque, c’est l’art du faible déguisé en brute et du malheureux affublé d’un nez rouge : l’art du Matamore. En donnant à leur première création commune le nom de ce personnage de la comédie espagnole, le Cirque Trottola et le Petit Théâtre Baraque se placent d’emblée au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.