Expliquer la sobriété

On peut innover pour freiner les gaspillages sans perte de bien-être.

Le terme de sobriété fait désormais partie du langage écologique. Il a été préféré à des termes issus de la philosophie : modération, tempérance, sagesse, etc. Mais des réticences s’expriment, compte tenu de certaines de ses connotations peu engageantes. Parmi ses synonymes dans les dictionnaires, on trouve en effet abstinence, dépouillement et même austérité… La solution la plus fréquente consiste à lui accoler un adjectif « positif » : sobriété heureuse, joyeuse, volontaire, etc. Cela ne règle pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents