La vraie bataille de Fessenheim

L’intrusion d’une soixantaine de militants de Greenpeace dans la centrale alsacienne met la pression sur François Hollande, qui a particulièrement mal engagé l’opération de sa fermeture définitive.

Fermera ? Fermera pas ? François Hollande réitère sa volonté de mettre à la retraite la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus vieille de France, d’ici à fin 2016. Pourtant, deux ans après, la promesse électorale n’est toujours suivie d’aucun signe concret. EDF, qui redoute un précédent augurant d’autres fermetures, défend sans relâche la sûreté de la centrale alsacienne. La CGT énergie brandit pour sa part la sauvegarde des emplois. Il y a dix jours, 56 militants de Greenpeace pénétraient dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.