Afghanistan : L’option sécuritaire en question

À la veille de l’élection présidentielle, les Afghans doivent faire le choix entre deux stratégies face à la menace d’un retour des talibans : la négociation ou le maintien militaire des États-Unis.

Clémence Duneau  • 3 avril 2014 abonné·es

Appelés aux urnes le 5 avril, les Afghans n’auront pas seulement à choisir entre huit candidats. Il s’agira pour le pays de se prononcer sur la stratégie du futur gouvernement devant la menace d’un retour des talibans. Ces élections, qui marquent la fin de dix ans de présidence d’Hamid Karzaï, sont aussi, selon la formule de Karim Pakzad, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), « un tournant historique, s’agissant du premier transfert de pouvoir de façon pacifique dans l’histoire du pays » .

Une étape d’autant plus importante qu’elle coïncide avec le retrait des troupes de l’Otan, après plus de douze ans de présence dans la région. Mais, si les États-Unis estiment qu’il est temps de passer la main au gouvernement afghan, la situation est loin d’être stabilisée.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…