Greffiers en grève

Les 9 200 greffiers dénoncent une faible rémunération, un manque de reconnaissance et une insuffisance cruelle des moyens.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ils étaient plusieurs syndicats de greffiers ce mardi 29 avril à avoir appelé à la grève pour une revalorisation indemnitaire et statutaire. Les 9 200 greffiers répartis sur le territoire dénoncent une faible rémunération (qui n’a pas été revue depuis 2003), un manque de reconnaissance et une insuffisance cruelle des moyens accordés à la justice, tout en déplorant une « surcharge de travail ». Ils demandent un passage de la catégorie B à la catégorie A, au même titre que les infirmiers ou les enquêteurs de police. Ces revendications interviennent justement au moment où la garde des Sceaux, Christiane Taubira, entend confier à la profession, dans son projet de « justice du XXIe siècle », des missions plus étendues, comme le divorce par consentement mutuel.


Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.