Le maire UMP de Roanne renvoie le directeur du théâtre municipal, Abdel Sefsaf

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ayant pris la ville de Roanne (Loire) à la gauche, le nouveau maire UMP, Yves Nicolin, a rapidement donné forme au désaccord qu’il avait avec la politique du directeur du théâtre municipal (tournée vers un répertoire nouveau avec, par exemple, le spectacle de Claude Brozzoni d’après Mahmoud Darwich). Il a fait porter par deux policiers sa lettre de renvoi à Abdel Sefsaf à domicile : celui-ci a pu l’ouvrir sous le regard des policiers et de ses enfants !

« Conflit d’intérêts » et irrégularité du contrat , soutient Nicolin. Le conflit d’intérêts viendrait de l’incompatibilité qu’il y aurait à être à la fois un artiste et un directeur de salle ! Le mouvement de protestation s’amplifie dans la région Rhône-Alpes, auquel participe la troupe La Part des anges, qui soutient un directeur dont l’activité a fait monter de 15 % la fréquentation du théâtre, et qui réplique ainsi aux arguties du maire : « C’est comme s’il y avait conflit d’intérêts à être un homme politique dans une mairie. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents