UMP : le matin des longs couteaux

Jean-François Copé a été contraint à la démission mardi à l’issue d’un bureau politique de l’UMP.
Politis  • 29 mai 2014
Partager :

Ils ont fini par avoir sa peau ! Jean-François Copé a été contraint à la démission mardi à l’issue d’un bureau politique de l’UMP qui avait des allures de « nuit des longs couteaux ». Empêtré dans l’affaire Bygmalion, après moult dénégations, Copé a dû lâcher prise sous les assauts répétés des fillonnistes. Celui qui sera à partir du 15 juin (date effective de sa démission) l’ex-président de l’UMP est soupçonné de favoritisme au profit de la société de com Bygmalion, fondée par deux de ses proches, pour des fausses factures adressées à l’UMP d’un montant de plus de 10 millions d’euros (et peut-être beaucoup plus !). Des factures portant sur l’organisation de conventions fictives liées à la campagne présidentielle. Directeur de cabinet de Copé, Jérôme Lavrilleux a eu beau défendre son patron, le trio Fillon, Debré, NKM a porté le coup de grâce après que l’avocat de Bygmalion, Patrick Maisonneuve, eut confirmé, la veille, l’existence de fausses factures pour dissimuler les « dépenses faramineuses » de la campagne de Sarkozy. Au-delà du sort de Copé, qui semblait scellé depuis plusieurs jours, c’est à présent une nouvelle affaire Sarkozy qui s’ouvre.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don