Face au mur de l’institution

Défaillante en termes de réussite et d’égalité, l’école publique cherche des solutions dans les expérimentations des pédagogies alternatives, dont certaines ont fait leurs preuves. Mais l’inertie de l’Éducation nationale est forte.

Louise Pluyaud (collectif Focus)  • 10 juillet 2014 abonné·es
Face au mur de l’institution
© Photo : AMELIE-BENOIST / BSIP

Ils sont plus de 13 000, professeurs, pédagogues et parents à avoir signé la pétition « Pour rendre possible le choix d’une alternative éducative à l’école publique ». Lancée en mars dernier par deux militants pédagogiques, Bernard Collot et Émilie Roudier, adressée à l’ancien ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, elle a depuis été soutenue par des organisations comme le Printemps de l’éducation et Recit (Réseau des écoles de citoyens). Quatre ans après l’appel de Bobigny, qui demandait à ce que l’école «   évalue les expériences éducatives qui fonctionnent pour ensuite les promouvoir en son sein   », cette harangue sonne comme une énième clameur à l’encontre d’une pédagogie traditionnelle déclinante. Aujourd’hui, seuls 20 000 élèves en France sont scolarisés dans des établissements, pour la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Palestine : Cette colère qui monte
Temps de lecture : 8 minutes