France Télévisions : voyage en opacité

Réalisateurs et producteurs soulignent le manque de transparence au sein du groupe public dans l’attribution des cases documentaires. Au détriment de la diversité.

Voilà un an, le Sunny Side, à La Rochelle, ouvrait ses portes quand France Télévisions adoptait une politique de l’autruche face aux prémices d’une tourmente judiciaire au sein du groupe public : plusieurs de ses personnalités étaient touchées par une plainte pour « prise illégale d’intérêt et favoritisme ». Mis en cause, Patrick de Carolis, ex-PDG de France Télé, bénéficiant d’heureux contrats de conseil avec la direction actuelle, tout en jouissant d’un statut d’animateur producteur à France 3. Également…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents