Kerviel à Greenpeace

L’ONG environnementale a perdu 3,8 millions de dollars sur le marché du taux de change.

Greenpeace voit rouge. Cédant aux sirènes des marchés financiers, l’ONG environnementale a perdu 3,8 millions de dollars sur le marché du taux de change. La faute à « une grave erreur de jugement » d’un salarié néerlandais qui aurait « outrepassé ses fonctions », a déclaré la direction pour rassurer les donateurs. Sauf que le Guardian a révélé des documents épinglant la mauvaise gestion financière de Greenpeace. Un « trader fou » que l’on accuse de faire plonger sa boîte pour masquer d’autres…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents