Proche-Orient : Contradictions américaines

En quelques jours, l’administration Obama vient de prendre deux décisions importantes : soutenir les rebelles modérés en Syrie et augmenter son aide au régime autoritaire égyptien.

Dans sa récente autobiographie, Hillary Clinton (voir Politis n° 1309) a relaté un dialogue difficile avec Barack Obama à propos d’une aide éventuelle et directe aux rebelles syriens modérés. L’ancienne secrétaire d’État, qui était favorable à cette aide, avouait n’avoir pas réussi à persuader le Président américain. Les arguments ont-ils fait leur chemin, ou bien Barack Obama a-t-il considéré que la nouvelle situation, notamment les avancées des jihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL),…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents