Représailles contre les frondeurs

Une commission d’enquête à l’Assemblée nationale a été le théâtre de règlements de comptes au sein de la majorité.

Tout commence le 1er juillet. À peine sortie de la séance d’installation de la nouvelle commission d’enquête « sur l’impact sociétal, social, économique et financier de la réduction progressive du temps de travail », Jacqueline Fraysse, députée Front de gauche des Hauts-de-Seine, monte au créneau. « Nous avons assisté à une situation inédite et surtout inadmissible », déclare-t-elle dans un communiqué. En cause, Bruno Le Roux, nouveau président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, qui ne recule…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents