« Terra nullius », de Salomé Lamas : Le goût du sang

Avec Terra nullius , Salomé Lamas filme les confessions d’un mercenaire portugais.

Jean-Claude Renard  • 3 juillet 2014 abonné·es

Dans un lieu désaffecté, peut-être une ancienne usine, la caméra fixe longuement une chaise vide. Des projecteurs s’allument. Plan suivant : un homme fait face à la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes