Irak : Les frappes américaines s’intensifient

Troupes irakiennes, forces kurdes et miliciens chiites ont repris en quelques jours deux localités à l’État islamique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Troupes irakiennes, forces kurdes et miliciens chiites, appuyés par l’aviation américaine, ont repris en quelques jours deux localités à l’État islamique (EI). Ils ont brisé dimanche le siège jihadiste dans la ville turcomane d’Amerli, et repris le lendemain le contrôle de Souleimane Bek, à 175 km au nord de Bagdad. Ce renversement du rapport de forces résulte évidemment de l’engagement américain. Tragique ironie de l’histoire : la poussée des jihadistes d’EI est la conséquence indirecte de l’invasion américaine de 2003. Elle est aussi le résultat de la stratégie machiavélique de Bachar al-Assad, le Président syrien, qui a favorisé le mouvement le plus barbare pour discréditer la rébellion.


Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents