Éric Hazan : « L’insurgé, c’est celui qui se met debout »

L’émergence de mouvements insurrectionnels depuis 2008 fait évoluer la question révolutionnaire. Pour l’éditeur Éric Hazan, la finalité reste la lutte contre le capitalisme.

Ingrid Merckx  • 27 novembre 2014 abonné·es
Éric Hazan : « L’insurgé, c’est celui qui se met debout »
© **Eric Hazan** est éditeur et auteur notamment d’Une histoire de la Révolution française (La Fabrique, 2012) et de Premières mesures révolutionnaires (avec Kamo, La Fabrique, 2013). Photo : AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

Éric Hazan, éditeur et lecteur du Comité invisible, explique en quoi les idées de ceux qui le composent ont mûri depuis L’insurrection qui vient  (2007) jusqu’au récent À nos amis  (2014), et en quoi leur défense de la « commune » est très actuelle.

À nos Amis* paraît sept ans après L’insurrection qui vient, premier livre signé par Le Comité invisible. Quel chemin entre ces deux livres ?**

Éric Hazan : Avec le temps, les idées ont mûri. À nos amis est moins triomphaliste et arrogant que L’insurrection qui vient, et plus empreint de subjectivité. Qu’est-ce qu’une insurrection, sinon une modification collective des subjectivités ? Il y a un passage où le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes