Tarnac : Le fiasco de l’antiterrorisme

Dix ans après les faits qui leur sont reprochés, les inculpés de Tarnac voient arriver leur procès, le 13 mars. Le journal en ligne Lundi matin publie les archives de l’affaire.

Ingrid Merckx  • 7 mars 2018 abonné·es
Tarnac : Le fiasco de l’antiterrorisme
Le 11 novembre 2008, des hordes de policiers débarquent dans le village de Tarnac pour arrêter neuf personnes.
© THIERRY ZOCCOLAN/AFP

Le procès de Tarnac va s’ouvrir le 13 mars, presque dix ans après les faits. Le 11 novembre 2008, vingt personnes soupçonnées d’être impliquées dans le sabotage, trois jours plus tôt, de quatre lignes SNCF sont interpellées par des hordes de policiers à Paris, à Rouen, dans la Meuse et à Tarnac, en Corrèze. Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, annonce que ses services ont mis la main sur un groupe de « l’ultra-gauche, mouvance anarcho-autonome

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 4 minutes