Un numerus clausus pour les prisons

Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Adeline Hazan , s’est prononcée ce mardi pour la mise en place d’un « numerus clausus » ou un « seuil » limite d’incarcération de manière à sortir de la surpopulation carcérale : « Il est temps de faire entrer le droit en prison car, pour les détenus mais aussi pour les surveillants, la surpopulation a de graves conséquences » , a déclaré au Parisien , ce mardi 25 novembre, Mme Hazan. Et de proposer ainsi « d’interdire la pratique des matelas au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents