Sarkozy s’autorise…

Une anomalie supplémentaire de la Ve République.

L’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l’UMP fait apparaître une anomalie supplémentaire de la Ve République, qui n’en est pourtant pas avare : les ex-présidents de la République, membres de droit et à vie du Conseil constitutionnel, peuvent violer la loi. L’article 2 du décret du 13 novembre 1959 stipule certes que « les membres du Conseil constitutionnel s’interdisent […] d’occuper au sein d’un parti ou groupement politique tout poste de responsabilité ou de direction. » Mais ledit Conseil n’a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.