Dossier : Athènes, capitale de la gauche

Syriza, entre volontarisme et réalisme

Face aux tenants de l’ordre néolibéral, le programme du parti reste mal connu. Décryptage de ses principales propositions.

Àl’heure où toutes les enquêtes d’opinion donnent Syriza en tête aux élections du 25 janvier en Grèce, menaces, désinformation, mensonges et approximations ne cessent d’être avancés à l’égard de la coalition de la gauche de la gauche grecque. Tant par les médias en faveur du statu quo néolibéral que par la droite grecque, les institutions européennes et les dirigeants des grands États (du nord) de l’Union européenne, notamment du côté de Berlin. Tout semble bon dans cette campagne d’une grande violence…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.