Algérie : Les frondeurs d’In Salah

Mobilisée en masse depuis janvier contre les premiers forages dans le sud algérien, la population a relancé son blocus alors que le gouvernement persiste dans son intention d’exploiter la ressource.

«Il faudra nous rouler dessus, mais on ne lâchera pas, voilà ce que disent les gens à l’entrée des puits », témoigne Tarek Zegzeg, étudiant et l’un des animateurs du mouvement de contestation anti-gaz de schiste d’In Salah. La petite ville saharienne de 45 000 habitants, au centre de l’Algérie, est le foyer d’une mobilisation sans précédent qui a pris le gouvernement au dépourvu. Le 27 décembre, le ministre de l’Énergie, Youcef Yousfi, se félicitait de voir brûler la première torchère de gaz de schiste du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents