Départementales. Glissement à droite : à qui la faute ?

La défaite électorale du PS au premier tour des départementales désavoue la politique du gouvernement. Les électeurs de gauche continuent de bouder les urnes, laissant le champ libre à l’UMP et au FN.

C’est mieux que si c’était pire. Une fois de plus, les partisans de François Hollande, qu’ils soient au gouvernement, membres du Parti socialiste ou de l’un de ses satellites, ont trouvé matière à se rassurer dès la fermeture des bureaux de vote. Même Benoît Hamon, sur le plateau de France 2, ne voyait pas cette fois ce qui pouvait conduire à interpréter ce scrutin comme une « sanction ». Il est vrai qu’une présentation particulièrement tendancieuse pouvait sauver les apparences, le temps d’une soirée…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.