Dossier : Tous surveillés ? Le commerce des données personnelles sur Internet

Tous surveillés ? Le commerce des données personnelles sur Internet

En devenant un élément presque inévitable de nos quotidiens, Internet interroge les limites de nos vies privées.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Sommes-nous tous surveillés ? L’affaire Snowden a fait l’effet d’une douche froide, réveillant dans nos consciences le spectre d’un « Big Brother ». Cette peur, confinant parfois à la paranoïa, il convient de la nuancer. Mais elle souligne une réalité : en devenant un élément presque inévitable de notre vie quotidienne, Internet interroge les limites de nos vies privées. Chaque jour, nous y multiplions les activités. Nous nous y informons, nous échangeons, achetons, discutons. Et, ce faisant, nous produisons une multitude de données qui, agrégées, forment le profil de nos vies connectées. Autant d’informations personnelles que nous livrons sur la toile, sans véritablement savoir dans quelles mains elles vont tomber.

Car nos données sont bien la source de multiples intérêts. Au cœur d’un marché de plusieurs centaines de milliards d’euros, elles se monnayent cher auprès des publicitaires, avides d’en savoir plus sur nous pour vendre des produits divers et variés. Elles sont la base du modèle économique de géants, Google, Facebook… qui adaptent leurs services à nos « personnalités numériques ».

Et, bien sûr, elles intéressent les États en ce qu’elles révèlent de leurs administrés.

Ces données représentent tout à la fois un formidable moyen d’analyser nos sociétés, de mieux répondre à nos besoins, et une capacité inédite de nous acheter, comme de nous épier. Tout dépend de l’usage qui en est fait. Alors, si nous devons être, à l’avenir, toujours plus connectés, il est urgent de s’interroger : qui profite de nos données ?


Photo : Fang Zhou / Cultura Creative

Haut de page

Voir aussi

Articles récents