La gauche du PS hausse le ton

Les frondeurs et leurs alliés visent le congrès pour créer un nouveau rapport de force. Toujours avec l’ambition d’infléchir le quinquennat de l’intérieur.

Pauline Graulle  • 2 avril 2015 abonné·es
La gauche du PS hausse le ton
© Photo : AFP PHOTO / XAVIER LEOTY

Pour la forme, ils attendaient le second tour, mais le texte était déjà prêt depuis plusieurs jours. Dimanche 29 mars, il était à peine 19 heures lorsque les membres de Vive la gauche [^2] ont dégainé, sur leur site Internet, leur « contrat de rassemblement ». Un long texte analysant la défaite aux départementales et appelant à la constitution d’une « grande gauche » autour de points programmatiques : renouer avec les classes populaires, mettre en place une politique de croissance par la relance, réorienter l’Europe… « “Grande” signifie “large”, mais aussi “ambitieuse” sur le fond », précise la députée du Doubs Barbara Romagnan. « Ce texte s’adresse aussi bien aux militants de notre parti qu’à tous ceux – peu importe leur étiquette politique – qui ne veulent pas rester dans les réflexes du passé », ajoute Fanélie Carrey-Conte, autre députée frondeuse de Paris.

Si, pour la première fois depuis 2012, l’aile gauche du PS appelle aussi clairement à des convergences à l’extérieur du parti, la stratégie globale reste néanmoins inchangée. Toujours pas question de quitter le parti –  « on n’abandonnera pas le navire PS ! », affirmait la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, dans un Solférino crépusculaire, le soir du second tour. Toujours la même ambition d’ « infléchir » le quinquennat de l’intérieur. À ceci près que, après quatre désastres électoraux consécutifs et au vu d’un exécutif toujours droit dans ses bottes, plus personne ne croit qu’un coup de barre à gauche aura lieu. « Il faudrait un grand mouvement social pour que François Hollande bouge », reconnaît Gérard Filoche, l’un des animateurs de la sensibilité la plus à gauche du parti. D’autres s’en remettent à l’esprit tacticien du Président : « Hollande se moque des élections locales, mais, s’il pense qu’il va perdre la présidentielle, il changera de stratégie », veut croire un cadre. Le congrès du PS, qui se tiendra à Poitiers du 5 au 7 juin, pourrait évidemment offrir l’occasion de créer le rapport de force à l’intérieur du parti pour peser sur l’orientation de l’exécutif. « Structurellement, l’aile gauche “pèse” 40 %, mais, si Martine Aubry nous rejoint, on passera le cap des 50 % et on prendra le parti », espère Gérard Filoche, qui remet le destin du PS – et son propre avenir politique – entre les mains de « l’indécise du Nord ». « La question qu’il faudra poser à Cambadélis [premier secrétaire du PS, NDLR], ajoute Pouria Amirshahi, c’est : “Est-ce que le parti doit défendre ses électeurs ou ses dirigeants ?” »

Gare toutefois à ne pas s’enfermer dans le « bocal » du PS, prévient le député des Français de l’étranger : « Ce dont il faut parler désormais, c’est du pays entier. Il faut que toutes les volontés, d’où qu’elles viennent, se remettent à parler de la France de demain, et qu’elles le fassent concrètement, physiquement. » Une entreprise ambitieuse, vu l’état de division des forces de gauche. Reste encore le levier parlementaire : « Je n’hésiterai pas à voter contre le budget à la rentrée prochaine s’il le faut », glisse un frondeur socialiste. Au risque de l’exclusion ? « Il nous reste toujours la possibilité de constituer un groupe autonome à l’Assemblée, avec des députés Front de gauche et Verts », glisse-t-il. La « grande gauche » commencera peut-être par là.

[^2]: Collectif créé en août 2014 à La Rochelle, rassemblant l’aile gauche des socialistes.

Politique
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas