L’horreur mise K.-O. par l’absurde

La Carte du temps, de Naomi Wallace, est une fable subtile sur les conflits du Moyen-Orient.

Chez Naomi Wallace, les antagonismes ne sont jamais absolus. Dans une précédente pièce, Une puce, épargnez-la, bourgeois et pauvres s’affrontent et se découvrent des points d’entente dans le Londres de la grande peste en 1665. Dans la Carte du temps, ils se situent à une autre époque et en un autre lieu, mais ils relèvent de la même esthétique de la rencontre en dépit de la haine et des préjugés. Dans cette pièce en forme de triptyque, se dessinent en pleins conflits moyen-orientaux des carrefours entre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents