Zoé Konstantopoulou contre « un nouveau totalitarisme économique »

Au Forum européen des alternatives, samedi à Paris, la présidente du parlement grec, membre de Syriza, a témoigné de la situation de son pays et lancé un appel à renforcer l'Alliance anti austérité.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ils se sont tous levés pour Zoé Konstantopoulou. La présidente de la Vouli, le parlement grec, a eu droit à une standing ovation à la fin de son intervention, samedi 30 mai, sous le chapiteau dressé place de la République à Paris pour accueillir le Forum européen des alternatives. Elle participait, devant plusieurs centaines de personnes, à la première plénière intitulée « l'austérité ça suffit. Notre objectif: le développement humain en Europe » avec le communiste Pierre Laurent, la secrétaire nationale d'EELV, Emmanuelle Cosse et le député socialiste Pouria Amirshahi. Dans la salle, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de gauche, et Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS, étaient assis au premier rang.

« L'austérité tue , elle tue la société, des êtres humains et tue aussi la démocratie et l'Europe des peuples » , a rappelé Zoé Konstantopoulou, figure du parti Syriza, au début de son propos. Venue plaider la cause de son pays et « renforcer l'alliance contre l'austérité » qu'elle souhaite voir « jouer un rôle de défense et de protection sociale dans [une] période historique où la démocratie, l'état social et l'état de droit sont agressées par des politiques anti-sociales et inhumaines en Europe », elle a ainsi décrit les enjeux du bas de fer qui se joue au sein de l'Eurogroupe :

« Une lutte entre ceux qui veulent honorer le mandat démocratique du peuple grec, mettre fin à l'austérité, défendre la société, les droits de l'homme, l'état social et la démocratie et ceux qui veulent perpétuer cette austérité atroce et établir un régime anti-démocratique de subordination des peuples sous prétexte de rembourser une dette dans sa plus grande partie illégitime, illégale et odieuse. »

Zoé Konstantopoulou a ensuite d'appelé à la « solidarité » des peuples dans la lutte à laquelle, a-t-elle rappelé, participe le gouvernement grec contre « un nouveau totalitarisme économique qui ne crée que des colonies économiques » .

Voici l'intégralité de son intervention :


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.