« Stand »

*Stand* met en scène deux garçons, Anton et Vlad, qui vivent en couple à Moscou.

Politis  • 24 juin 2015
Partager :

Jonathan Taïeb, jeune réalisateur d’un premier long métrage, le Monde doit m’arriver (2013), s’est confronté à un défi de taille : celui de tourner dans un pays qui ne lui est pas familier, la Russie, et dans une langue qui lui est inconnue. La raison ? La nécessité de faire œuvre face aux mesures prises ces dernières années par le régime de Vladimir Poutine, érigeant en infraction toute « promotion des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs », qui ont déclenché un brutal regain d’homophobie. Stand met en scène deux garçons, Anton et Vlad, qui vivent en couple à Moscou. Un jour, ils sont les témoins passifs d’une bagarre contre un homosexuel, dont ils apprendront plus tard la mort. Anton, très marqué par cet épisode, décide de se mettre en relation avec la mère de la victime. Il commence dès lors une enquête qui va se muer en quête existentielle. Stand ne maintient pas toujours la tension qu’il déploie dans sa première partie. Mais le film relève le défi initial, et révèle l’indéniable présence de deux jeunes comédiens, Renat Shuteev (Anton) et Andrey Kurganov (Vlad).

**Stand** , Jonathan Taïeb, 1 h 27.
Cinéma
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don